Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

PRÉSIDENTIELLES 2019: VAINCRE OU MOURIR ! (PAR BANDIA)

Posté par: Nioxor TINE| Samedi 17 novembre, 2018 19:11  | Consulté 967 fois  |  2 Réactions  |   

Le nouveau slogan de campagne du Gladiateur serait …. « Vaincre ou mourir ». Mais la démocratie peut-elle se réjouir d’une telle alternative guerrière porteuse de violence et de souffrances ? Ce cri de guerre n’apparait-il pas, plus comme un défi ou une menace, qu’une invitation au peuple à lui accorder sa confiance ? On peut se demander légitimement ce qui  a amené cet « enfant du peuple » plus préparé à s’occuper des vaches et à labourer la terre, à qui la démocratie a permis d’atteindre les sommets de l’État, à épouser un esprit kamikaze pour garder les rênes du pouvoir. Cette posture suicidaire serait-elle motivée par un désir inassouvi de jouissance du pouvoir ou par la peur de devoir rendre des comptes après sept longues années de forfaits et de forfaitures ?

De tels propos, au moment où Ndoumbélaan se réjouit d’avoir résisté, grâce à sa maturité politique et citoyenne, aux démons de la violence qui hantent le sommeil de nos voisins, ne sont pas s’en rappeler un autre slogan qui a failli détruire un pays frère que nous chérissons : « On gagne, ou on gagne ».

Mais le Gladiateur est-il réellement prêt à mourir ou se prépare-t-il à semer la mort dans le royaume pour se maintenir au pouvoir ? Prions pour que les élections à venir soient autre chose qu’une épreuve de force où la kalache moins usuelle en démocratie prendrait la place des cartes d’électeurs. Il est en tout cas à craindre qu’il emporte des vies avant de partir, puisqu’il partira. Car il partira parce que le pouvoir éternel n’appartient qu’au Seigneur, et il n’est pas le Seigneur.

Ndoumbélaan a renié Le Gladiateur, condamné sa façon de gouverner, souffert de ses promesses non tenues, regretté la disqualification des mœurs politiques et même des valeurs morales tout court. Cette évidence, les  citoyens l’ont exprimée en  public et ruminée dans leur intimité. Et ce ne sont pas les théories moribondes d’un communiste flagorneur repu après soixante ans de disette, ou reconverti aux vertus du libéralisme qui vont convaincre Goorgorlu du contraire. On ne peut que s’étonner de l’acharnement de ce shériff sans étoile, peut être chasseur de prime, (mercenaire idéologique selon un journaliste de la place), à traquer sans répit « le despérado », des tropiques au Canada, en passant par les prairies du Far West.

En démocratie, il est souhaitable que le verdict des urnes soit le seul critère de sélection des dirigeants. Toute autre mesure en aval ou en amont de la libre expression des citoyens est suspecte. Comment exprimer sa préférence en démocratie ? Et surtout comment la traduire ? Idéalement par les urnes, à défaut par la rue, quand les instances de dialogue démocratique auront perdu leur côte de crédibilité ou alors lorsque le camp d’en face refusera de s’y soumettre en bandant les muscles. Le parrainage tel que conçu est une primaire à ciel ouvert avec des voix arrachées sous la menace à des subalternes ou achetées à des Goorgorlus tenaillés par la faim. Uniquement axée sur le nombre en ignorant la morale, alors qu’une simple obligation de déclaration de patrimoine obligerait tout ce petit monde qui s’agite à rentrer sa queue entre les pattes, le parrainage du Gladiateur est une mesure suspecte.

Après l’addition arithmétique des voix discordantes des « frères ennemis » et celles du peuple des Assises (abusé dans sa bonne foi), qui ont permis son accession au trône de Ndoumbélaan, le Gladiateur qui rêve du destin du sphinx, a sournoisement échafaudé un plan de liquidation des acquis démocratiques que beaucoup de pays africains nous envient et que nous croyions irréversibles.

- Mise sous perfusion des dinosaures affectés au nettoyage de leurs propres écuries, y compris en décrétant une allégeance sans condition quand c’est possible (kenn du ma yaxal sama teraanga), ou en inventant des tentatives d’assassinat pour permettre à sa milice de faire le reste en appliquant « la loi » ;

- Banalisation des Assises et de la CNRI ;

- Déstructuration du processus de la décentralisation, puis neutralisation politique, économique et sociale des collectivités locales ;

- Offre d’impunité aux prédateurs de deniers publics aussitôt incorporés dans la légion des intouchables ;

- Chasse aux opposants politiques et aux simples citoyens coupables de refus de soumission à ses ordres ;

- Mise en place d’un bataillon de transhumants politiques, et sociaux ;

- Utilisation des moyens de l’Etat (toutes ressources confondues) pour confisquer au moins 50% des signatures des potentiels électeurs (« parrains»), alors que la loi ne lui en exige que 1%.

- Tentative d’intimidation de la société civile accusée de prendre parti pour le parti de la démocratie.

Au lieu de travailler pour se faire accepter, le Gladiateur a plutôt choisi de détruire tous ceux qui pourraient se dresser devant lui et contre son second mandat. Son refus de combattre n’est pas seulement un manque d’élégance ou une peur de perdre. C’est surtout la hantise de l’expression démocratique du peuple à laquelle il ne survivrait pas.

C’est ce défaut qui fait de lui un danger national.

Il a politisé les dossiers criminels en accordant la liberté conditionnelle à des assassins contre un éventuel soutien électoral, criminalisé des dossiers politiques en incarcérant des militants coupables d’avoir des avis discordants avec leur secrétaire général en les accusant de « tentatives d’assassinat » d’un fidèle allié. Il a radié des fonctionnaires pour leurs opinions politiques et enrôlé l’ensemble des cadres de l’administration du royaume sous son joug plus que sous une idéologie. L’arrogance avec laquelle il les oblige selon ses humeurs à déserter les bureaux pour aller défendre ses intérêts est pitoyable.

Il a causé la mort ou blessé des apprenants qui réclamaient du pain, mis à la porte des milliers d’étudiants pour n’avoir pas honoré ses engagements vis-à-vis des privés venus au secours de l’école en proie à toutes les difficultés. Il continue malgré tout à clamer toujours que les contrats sur la cession nébuleuse des licences d’exploitations de nos ressources naturelles sont transparents. Et il rétorque à ceux qui l’écoutent encore, que ceux qui en parlent n’en savent rien, comme si les contrats étaient transcrits en latin ancien.

L’obsession du trône a enfanté chez le Gladiateur une mare de contradictions. Comme un vieux crocodile, il a pondu et enfoui sous le sable ses œufs de monstres dont l’éclosion prématurée infeste son territoire.

- Il s’est résolu à mettre d’immenses ressources aux origines nébuleuses au service des « citoyens ordinaires» pour se faire pardonner du clergé musulman ;

- Il a organisé nuitamment la fuite du célèbre « voleur de deniers publics » et menacé de « laisser la justice s’appliquer» si jamais il revenait avant son hypothétique réélection. Mais ne risque t-il d’être traduit comme complice pour l’avoir assisté en toute connaissance de cause à se soustraire de cette justice indépendante avec nos milliards ?

- Après avoir défendu les bienfaits de la colonisation qui offrait des desserts aux tirailleurs, il a nié avoir délibérément bradé nos ressources aux étrangers. Maintenant, il revient pour défendre ses choix en déclarant : « Les Pays sont risqués : il y a les maladies, il y a les guerres. Donc ceux qui viennent, sont tellement courageux qu’il faut tout leur offrir» (sic). Donald Trump avait dit moins que çà en nous qualifiant de pays de merde.

- Il déclare la justice indépendante et s’arroge le droit de traduire qui il veut et de « mettre sous le coude» les razzias discontinues de ses amis.

Aujourd’hui, le Gladiateur constate à ses dépens que sa volonté de « réduire l’opposition à sa plus simple expression » est un échec. Dans son entreprise de la terre brûlée, il a juste réussi à défolier de gros arbres sans réussir à les dessoucher. Et le vide qui en a résulté s’est transformé en terreau fertile ayant permis l’émergence de nouvelles pousses qui hantent son sommeil.

Jusqu’où ira-t-il ? Et surtout jusqu’à quand le laissera-t-on faire ? Ceuy Ndoubelaan !!!

Bandia, Novembre 2018

 L'auteur  Nioxor TINE
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (2)  Certains commentaires sont en cours de validation...

Ajouter un commentaire

 
 
Nioxor TINE
Blog crée le 12/05/2014 Visité 379150 fois 149 Articles 2898 Commentaires 20 Abonnés

Posts recents
PRÉSIDENTIELLES 2019: VAINCRE OU MOURIR ! (PAR BANDIA)
FAUT-IL RECONSTRUIRE LE MUR DE BERLIN ?
SOCIÉTÉ CIVILE ET ENJEUX SANITAIRES AU SÉNÉGAL
MERCK AFRICA ASIA LUMINARY : ENJEUX FINANCIERS OU DE SANTÉ PUBLIQUE ?
IL FAUT SAUVER LE PIT-SÉNÉGAL !
Commentaires recents
Les plus populaires
REFERENDUM PORTANT REVISION CONSTITUTIONNELLE: POSITION INATTENDUE DU PIT
LUTTER CONTRE LA MENDICITE SANS BRÛLER NOS DAARA ! PAR NIOXOR TINE
19 MARS 2000 – 19 MARS 2017 : 17 ANS DE GALÈRE LIBÉRALE !
APRÈS LE MONDIAL, AVIS DE TEMPÊTE SUR GALSEN !
BYE BYE MIMI !