Le Pr A. Bathily Indexe L’absence De Ruptures Et L’implication De La Famille Des Présidents

  • Source: : Sud Quotidien | Le 08 août, 2017 à 17:08:49 | Lu 3770 fois | 9 Commentaires
content_image

Le Pr A. Bathily Indexe L’absence De Ruptures Et L’implication De La Famille Des Présidents

Le professeur Abdoulaye Bathily a estimé que les «bases des régimes se rétrécissent» de plus en plus en Afrique, au profit des membres de la famille, du groupe ethnique et groupe social des chefs d’État. Dans un entretien accordé à la fondation Mo Ibrahim, l’ancien représentant spécial du Secrétaire général de l’Organisation des Nations unies (Onu) pour l’Afrique centrale a indiqué que ce problème et l’absence de vraie rupture au plan économique constituent les principaux blocages de l’émergence économique du continent. 
 
L’ancien représentant spécial du Secrétaire général de l’Organisation des Nations unies (Onu) pour l’Afrique centrale est formel : l’émergence des pays africains n’est pas pour demain. Dans un entretien d’une trentaine de minutes accordé à Rama Salla Dieng (Fondation Mo Ibrahim) en marge du week-end de la Gouvernance de la Fondation Mo Ibrahim à Marrakech sur la Gouvernance, le leadership et l’action politique, Abdoulaye Bathily pose et analyse les gros obstacles qui se dressent sur la route menant à l’émergence politique et économique du continent africain.

Sur le plan politique, le professeur Abdoulaye Bathily commence par faire état d’un rétrécissement des «bases des régimes» qui selon lui constitue l’une des principales source de blocage, du fait de la propension des chefs d’État africains à servir d’abord des gens de leur clan, de leur ethnie ou de leur groupe social au détriment de ceux qui les ont portés au pouvoir. « De plus en plus, les bases des régimes se rétrécissent, on vient au pouvoir souvent sous un mouvement de mécontentement. Mais dès que le régime s’installe, il (chef d’état) écarte ce mouvement populaire ou il n’en fait plus cas ou très peu. Il se concentre à distribuer des avantages à ses proches : les membres de la famille, les membres du groupe ethnique, de sa région et ça, c’est le mal que nous voyons malheureusement sur le continent», déplore-t-il. 

Abdoulaye Bathily ajoute : «Tant qu’on ne rompra pas avec cela, pour qu’on ait des hommes et des femmes qui viennent au pouvoir pour servir la communauté, de manière équitable dans tous ses segments, de manière équitable sur une base éthique suivant des principes éthiques, nous serons toujours dans des guerres civiles et des conflits interminables. J’ai eu à gérer plusieurs conflits en Afrique centrale, au Mali et un peu partout, en Afrique de l’Ouest, c’est ce qu’on voit malheureusement».

Poursuivant son propos, le professeur Abdoulaye Bathily parle également d’un niveau trop élevé de discriminations sur le continent et un enrichissement des gouvernants africain sur le dos des peuples. «Il y’a un problème de gouvernance politique dans le sens global du terme c’est-à-dire la gestion des sociétés, la gestion des hommes et des femmes dans nos pays. Il y’a trop de discriminations sur le continent. Ce que j’ai appelé (…) notre incapacité à gérer la diversité dans nos pays, d’où les guerres. Des gens préfèrent vivre de la politique, on vient et on concurrence les vrais entrepreneurs. Le ministre qui est là, il pense aux contrats non pas pour pouvoir créer les richesses pour l’ensemble du pays mais ce qu’il peut, personnellement, tirer de ce contrat avant qu’on ne l’enlève de son poste». 

Outre ces goulots d’étranglement sur le plan politique, l’ancien leader de la Ligue démocratique (LD) a aussi dénoncé l’absence de rupture au plan économique. En effet, selon lui, «si la voix de l’Afrique est peu attendue et pèse très peu sur le plan économique, cela est lié au fait qu’en Afrique, on n’a pas opéré de ruptures par rapport à la place et à la fonction que le régime colonial nous a donné». Sous ce rapport, il a préconisé que l’Afrique prenne en main son destin et se départisse du syndrome de Berlin qui est à l’origine de sa traine sur le plan économique. «L’économie ne peut se développer à l’intérieur des espaces territoriaux actuels. Le Sénégal ne peut pas se développer tout seul, il ne pourra émerger tout seul, c’est impossible, le Mali ne peut pas le faire, l’Afrique du Sud pareillement et même le Nigeria, qui a un potentiel énorme territorialement parlant et du point de vue de la taille de sa population, ne le peut pas», tranche-t-il. 


Auteur: Nando Cabral GOMIS - Sud Quotidien






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (10)


Anonyme il y a 2 semaines (17:08 PM) 0 FansN°: 1
Au senegal ??
Anonyme il y a 2 semaines (17:30 PM) 0 FansN°: 2
Zen il y a 2 semaines (17:32 PM) 0 FansN°: 3
Monsieur le Professeur, vous posez véritablement le problème qui secoue notre démocratie et le Sénégal n'est pas en reste avec ce constat. Surtout aujourd'hui où il y'a la montée de l'éthnicisme, un mal jamais connu dans notre cher pays le Sénégal. C'est avec la venue de Macky SALL au niveau de la magistrature suprême que le Sénégal vit les moments les plus sombre de son histoire. De Senghor à Abdoulaye WADE, en passant par Abdou DIOUF, le Sénégal n'a jamais connu une situation pareille. Que Dieu nous préserve d'une guerre ethnique.

Anonyme il y a 2 semaines (17:42 PM) 0 FansN°: 4
Bienvenue au Sénégal sous Macky Sall. On n'a pas besoin de citer d'autres pays gangrénés par le tribalisme.
Anonyme il y a 2 semaines (17:48 PM) 0 FansN°: 5
et le Macky t'a coûté un poste où tu aurait aidé le continent à bouger si Alpha Condé était son sponsor, les choses se seraient passées autrement. On est d'accord avec vous, y a un mine filet d'espoir mais quand on sait que Gbagbo est en prison, tout ce qui peut se faire est réveiller la conscience des populations africaines pour qu'elles prennent leur destin en mains
Anonyme il y a 2 semaines (17:55 PM) 0 FansN°: 6
Je reste pantois! Cet homme a quand même été un marxiste qui a collaboré avec les pouvoirs qui se sont succédés au Sénégal de Senghor a macky en passant par le gouvernement de Diouf puis Wade puis. Il a un quota de e Ministre dans le gouvernement de macky Seydou sy Sall patron du pôle urbain de diamniadio et Mme Mbaye khoudia ministre inamovible ! Sous Senghor il était d'usage que les étudiants se faisaient remarquer pour avoir une bourse et aller a l'étranger étudier laissant leurs camarades d'infortune à quai... Avec tout ça quel modèle d'entreprise a t il créé pour dire voilà c'est ce qu'il faut faire. Lui et ses amis après ces passages de la gauche à la droite liberale puis de la droite au centre à nous donner le tournis quel modèle de société ont ils mis ensemble en place avec l'argent accumulé. Aujourd'hui' ils ont entre leurs mains le coeur de la politique d'émergence de macky a travers le pôle urbain de diamniadio. Que font ils de concret pour concrétiser leur philosophie hybride marxiste capitaliste socialiste ! Au lieu de tout ça il sort un afro pessimisme digne de Macron en soutenant que le développement de l'Afrique ce n'est pas pour demain... C'est quoi ça? L'Afrique va se développer avec une autre génération d'hommes cher monsieur!
Anonyme il y a 2 semaines (18:01 PM) 0 FansN°: 7
Bien dit
Défaite De Macky  il y a 2 semaines (18:10 PM) 0 FansN°: 8
Batho sent la défaite de macky teup n'a fenêtre pour yokh d
Anonyme Dh il y a 2 semaines (18:15 PM) 0 FansN°: 9
IL N Y A AUCUN PROBLÈME ETHNIQUE, REGION, RELIGION AU SENEGAL CAR TOUS SONT DES PARENTS TOUS SE MARIENT AU SENEGAL... C EST PLUTÔT CERTAINS POLITICIENS AVEUGLES PAR L EGOISME ET QUI NE PEUVENT PAS DIRE QU IL Y A PÉNURIE DE GAZ LES TAILLEURS N ARRIVENT PAS A TRAVAILLER SURTOUT A LA VEILLE DES FÊTES COMME LA TABASKI LA CASAMANCE EST INACCESSIBLE IL N Y A PAS DE RIZ HUILE GAZ... LES PRIX ONT FLAMBES... CE SONT CES PPLITICIENS QUI FONT RECOURS A L ETHYCISME A LA RELIGION AUX CONFRERIE ... POUR DES SOULÈVEMENTS QU ILS NE REUSSIRONS JAMAIS SUR CETTE TERRE BENITE. JE JURE SUR LE SAIN CORAN CEUX QUI CONTINUERONS A VOULOIR ENFLAMMER LE SENEGAL POUR LEUR PROPRE ET CUPIDE INTERET, DIEU LEUR RETOURNERA LEUR MAUVAISES INTENTIONS ET ILS FINIRONS TRES MAL JE LEUR SOUHAITE UN RETOUR VERS SOUBHANOU WOTAALA AVANT QU IL NE SOIT TROP TARD. QUE DIEU GARDE ENCORE NOTRE PAYS PUS QU AVANT CONTRE LES MAUVAIS EGOISTES TRICHEURS...
Anonyme Dd il y a 2 semaines (18:34 PM) 0 FansN°: 10
A la place du Professeur qui a reçu ma première carte d'électeur en 1992, je n'accepterai jamais cet article que je trouve comme aveu d'incompétence en tan que personnalité qui incarne solutions aux problèmes de management en Afrique encore en ce moment précis c'est comme il se préparait à ....

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : pub@seneweb.com

Rédaction

Email : redaction@seneweb.com