Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

SÉNÉGAL: RÉPRESSION PRÉ-ÉLECTORALE

Posté par: Nioxor TINE| Jeudi 05 janvier, 2017 12:01  | Consulté 1102 fois  |  1 Réactions  |   

De sombres menaces planent sur notre pays à cause de la boulimie pouvoiriste de nos autorités, qui tiennent coûte que coûte à s’assurer une confortable majorité au Parlement et à remporter la prochaine élection présidentielle au premier tour. Pour ce faire, elles ne se satisfont plus du mode de scrutin inique et des tricheries électorales habituelles (achat de conscience, utilisation des moyens de l’État…), mais semblent maintenant vouloir s’attaquer aux piliers de notre Démocratie.

Il ne peut en être autrement, quand on a la farouche volonté d’écraser toute forme de résistance émanant aussi bien de l’Opposition que des partis membres de la grande Coalition présidentielle. C’est ainsi qu’il faut comprendre l’inculpation probable de certains militants socialistes suite aux incidents du 05 mars 2016 à la maison du Parti socialiste et la réouverture du dossier de Ndiaga Diouf. Ces faits constituent une immixtion inadmissible - initiée suite à des plaintes de certains politiciens de la majorité - dans le fonctionnement d’une organisation privée que constitue tout parti politique.

Dans le cas d’espèce, il s’agit d’une formation politique caractérisée par une longue histoire de violences internes, pendant les renouvellements de bureaux de section ou coordination, sans que presque jamais la Justice n’ait eu à intervenir.

Cela confirme les inquiétudes des démocrates et patriotes de notre pays, qui ne peuvent que constater que les fossoyeurs de la Démocratie sénégalaise tombent les masques, à mesure qu’approchent les élections législatives.

Jusque là, le pouvoir essayait de sauver les apparences et le recul démocratique paraissait confiné au niveau des textes de lois et des procédures, depuis la modification unilatérale du règlement intérieur de l’Assemblée Nationale jusqu’aux pirouettes référendaires, en passant par le reniement présidentiel, de triste mémoire.

Nous assistons impuissants, à présent, à ce qui ressemble de plus en plus à l’installation d’un État totalitaire, avec en toile de fond l’euphorie "émergente" des pouvoirs publics, qui promettent aux masses laborieuses, enlisées dans une grande misère matérielle et morale, des lendemains qui chantent.

Toutes les valeurs positives portées par les Assises Nationales sont entrain d’être piétinées et les Institutions censées les porter sont désarticulées – ainsi que l’a constaté un éminent membre de la société civile - voire déstructurées.  En effet, après le limogeage de fonctionnaires exemplaires, modèles de probité, la radiation arbitraire de lanceurs d’alerte, le classement sans suite de dossiers compromettants, on assiste à la nomination de personnalités aux parcours controversés dans des organes chargés de promouvoir la bonne gouvernance et la transparence.

On observe également l’instrumentalisation du pouvoir judiciaire. Il semble, plus que jamais, être devenu le lieu de toutes les iniquités, comme semble le révéler la récente levée de boucliers des magistrats, pourtant jusque-là considérés comme les enfants gâtés de la République, contre le projet de loi organique portant Statut de la magistrature et celui sur le Conseil supérieur de la Magistrature.

Il est, par ailleurs, très curieux, qu’on veuille ressusciter la CREI à l’occasion du cambriolage de la maison d’un officier de douane, alors qu’une vingtaine de dignitaires de l’ancien régime cités par le procureur Ndao ont été jusque là épargnés. Les limiers de la République en sont-ils désormais réduits à ne compter que sur les petits voleurs pour attraper les grands ?

Le pouvoir législatif ne se porte guère mieux que la Justice. Jamais l’Assemblée Nationale n’a été autant soumise à la volonté du Prince, votant en procédure d’urgence des lois touchant des domaines si sensibles, qu’elles pourraient générer, demain, des explosions sociales telles que celle du 23 juin 2011.

Le niveau d’irresponsabilité des apprentis-sorciers, qui nous gouvernent avec une témérité suicidaire, peut être illustré par le flou entourant la révision exceptionnelle des listes électorales en cours, sur fond d’incertitude sur la date des prochaines élections législatives. Tout cela contribue à décrédibiliser le processus électoral, à installer la méfiance entre acteurs du jeu politique et à poser quasi-inéluctablement, les jalons d’une crise post-électorale.

Et l’histoire retiendra que c’est au moment où la Gambie est en train de vouloir émerger de plus de vingt ans de dictature que notre pays semble glisser lentement mais sûrement vers une remise en cause de nos acquis démocratiques.

NIOXOR TINE

 L'auteur  Nioxor TINE
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (1)  Certains commentaires sont en cours de validation...
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Apolitique.com En Janvier, 2017 (21:09 PM) 0 FansN°:1
C est vraiment domage que le Sénégal a chak fois au on crois avancer d un pas revient 100 pas en arrière comme le dit un comédien de chez nous''mandi golo lagnouy def''mais FO dire que c est le goût du pouvoir qui change les hommes la gloire les honneur et on oubli le pauvre peuple meurtri qui ne peux que subir les manigances politiciennes et leur adresse pour la pratique du wakhe wakhete que notre cher président macky a emprunte a son mentor.augmentation du nombre de député a 15.on est en 2017 et on a tjrs des coupures d eau qui dure des jrs la sones na aucun plan de prévision pour les années a venir.l électricité n en parlons pas et voilà on nous fait miroiter le projet du TER alors au on a un manque criard d électricité.. Les produits courant de consommation huile sucre qui se ratifient et qui finissent par avoir une tarification plus cher.des gens qui meurent tirs dans des hôpitaux qui n ont pas droit aux soins car n ayant pas d argent..les jeunes qui prennent tirs de pirogues pour aller en Europe au péril de leur vie.que font nos autorités de tt ces milliards dont on parle tt les jrs.. Ou va l'Afrique ou va mon pays

Ajouter un commentaire

 
 
Nioxor TINE
Blog crée le 12/05/2014 Visité 318578 fois 120 Articles 2658 Commentaires 18 Abonnés

Posts recents
ZIZANIE À BENNO BOKK YAKAAR ?
MÉDECINE TRADITIONNELLE AU SÉNÉGAL: QUELLES PERSPECTIVES ?
SÉNÉGAL: UN GOUVERNEMENT DE COMBAT OU DE DIALOGUE ?
CRISE À LA LD: MANIFESTE DE CREATION D’UN MOUVEMENT POLITIQUE (DOCUMENT)
REVISITER L’HÉRITAGE DES ASSISES POUR APAISER LE CLIMAT SOCIO-POLITIQUE !
Commentaires recents
Les plus populaires
REFERENDUM PORTANT REVISION CONSTITUTIONNELLE: POSITION INATTENDUE DU PIT
LUTTER CONTRE LA MENDICITE SANS BRÛLER NOS DAARA ! PAR NIOXOR TINE
19 MARS 2000 – 19 MARS 2017 : 17 ANS DE GALÈRE LIBÉRALE !
BYE BYE MIMI !
1er MAI 2016: POUR UN SYNDICALISME DEMOCRATIQUE ET DE RUPTURE !