Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

UN PROGRAMME COMMUN POUR UNE VÉRITABLE ALTERNATIVE EN 2019 !

Posté par: Nioxor TINE| Dimanche 31 décembre, 2017 17:12  | Consulté 1253 fois  |  0 Réactions  |   

Après une année de tourments infligés au peuple laborieux, de gouvernance exécrable, d’instrumentalisation de la justice, de violations graves des normes démocratiques, notre pays s’achemine – si les choses restaient en l’état - vers une période pré-électorale lourde de menaces pour la paix civile.

UNE RUPTURE UNILATÉRALE DU CONTRAT DE CONFIANCE

2017 a également été l’occasion de confirmer la rupture unilatérale par le chef de l’Etat du contrat de confiance conclu avec le peuple sénégalais. Cela a abouti à la non-tenue de l’élection présidentielle prévue en février dernier et au sabotage du processus de refondation institutionnelle, comme conséquences de la tragi-comédie référendaire du 20 mars 2016. Nous avons affaire à un régime en perte de légitimité, qui aura du mal à rempiler en 2019, à moins de confisquer, une nouvelle fois, le suffrage populaire, comme cela a été le cas lors des dernières législatives.

Sur le plan de la gouvernance politique, les citoyens sénégalais sont habités par un profond malaise du fait des scandales récurrents dans lesquels des militants et proches du Chef de l’Etat sont cités. Les organisations de la société civile sont loin d’être rassurées par l’implication suspecte du frère du président dans la gestion de nos nouvelles ressources pétrolifères et gazières, sans parler des forts relents de népotisme qui entourent sa nomination à la Caisse de Dépôts et de Consignation.

Ces pratiques peu vertueuses ont eu raison du processus de reddition des comptes, qui s’est transformé en redoutable arme pour liquider des adversaires politiques.

UNE DEMANDE SOCIALE PLUS FORTE QUE JAMAIS

 Se drapant du manteau usurpé d’État social, notre gouvernement vient de décréter, 2018, année sociale avec de manifestes arrière-pensées électoralistes. Mais il est de plus en plus évident aux yeux des citoyens sénégalais, que la trame de fond de cette politique prétendument sociale, est constituée d’effets de manche et de saupoudrage électoraliste.

Le coup de tonnerre de la panne de l’unique appareil de radiothérapie dont disposait notre pays est un exemple typique du hiatus entre les discours dithyrambiques sur les progrès fulgurants en matière de politique sanitaire et la grande misère dans laquelle se débattent nos structures sanitaires.

La couverture maladie universelle que certains assimilent de plus en plus à une catastrophe médicale universelle a fini de plomber le fonctionnement des structures sanitaires à cause des arriérés de paiement des factures échues, non honorées depuis plus d’un an. La situation n’est guère meilleure pour les mutuelles de santé auxquelles l’Etat a promis des subventions qui tardent à être décaissées. Rien d’étonnant alors, dans ce contexte délétère, qu’on puisse assister à des drames tels que celui dont a été victime l’infortunée Aïcha Diallo, à l’hôpital de Pikine, au mois d’Octobre dernier. Tant que la politique socio-sanitaire sera sous-tendue par des préoccupations politiciennes et populistes, on ne réussira qu’à désarticuler davantage le système sanitaire souffrant déjà d’un manque notoire de cohérence.

Quant aux bourses de sécurité familiale, elles ont été utilisées comme armes de chantage contre nos braves paysans, à l’occasion des dernières législatives. Leur extension à 100.000 nouveaux ménages renseigne sur l’accentuation de la pauvreté dans notre pays et l’absence de perspectives d’autonomisation des couches vulnérables.

Par ailleurs, dans le domaine de l’éducation, la grand-messe constituée par le Grand Prix du Chef de l’Etat pour l’Enseignant ne réussira pas à faire oublier la persistance du dilatoire face aux revendications des enseignants et les désastreuses fuites constatées cette année, lors des épreuves du baccalauréat, symptomatiques d’une mal-gouvernance endémique dans ce secteur. Enfin, les quelques succès du PUDC montés en épingle n’arrivent pas à masquer l’immense gap dans l’accès aux services sociaux de base.

UNE JUSTICE INSTRUMENTALISÉE

Durant cette année 2017, on a également assisté à une offensive en règle contre le maire Khalifa Sall et ses amis, dont les relations avec la direction du parti socialiste se sont détériorées depuis les évènements du 05 mars 2016 ayant abouti au vote négatif au référendum du 20 mars 2016.

Lors des élections au HCCT, en septembre 2016, le mouvement animé par le maire de la capitale a confirmé sa suprématie dans le département de Dakar et s’est même lancé dans un processus d’extension aux autres régions du Sénégal (Saint-Louis, Tambacounda…). Devant cette force montante, qui constituait une menace potentielle pour eux, le groupe dirigeant du parti socialiste et la Coalition Benno Bokk Yakaar, ont montré toutes leurs limites, en s’appuyant sur la Police d’Etat et des béquilles judiciaires, en lieu et place d’une riposte politique. C’est ainsi que Khalifa Sall et ses collaborateurs furent embastillés à Rebeuss.

Au-delà des arrestations arbitraires de nombreux hommes politiques du parti démocratique sénégalais et de Taxawu Senegaal depuis l’accession du président Macky au pouvoir, la mainmise de l’Exécutif sur le pouvoir judiciaire est attestée par la complicité flagrante du conseil constitutionnel dans le sabotage des dernières législatives et les débats houleux lors du récent colloque de l’Union des Magistrats du Sénégal (UMS) sur l’indépendance de la Justice. S’y ajoutent les bisbilles au sein de la Coalition au pouvoir portant sur les montants recouvrés par l’Etat, lors de la traque des biens mal acquis, qui a fini d’être complètement décrédibilisée.

DES ÉLECTIONS LÉGISLATIVES SABOTÉES

La défiance populaire majeure contre le pouvoir yakaariste constatée lors du référendum de mars 2016, qui s’était traduite par un faible taux de participation, a été mal vécue par les dirigeants de la Coalition Benno Bokk Yaakar.

Ils n’hésiteront pas à mettre en cause le fichier qui, selon eux, comportait un important stock mort, ce qui a été infirmé par les inscriptions massives enregistrées dans le nouveau fichier électoral. Les ténors de la Coalition présidentielle ne pouvaient concevoir une défaite électorale à ces législatives, synonyme d’une cohabitation, qui risquait de leur être fatale. C’est ainsi qu’ils élaborèrent une stratégie de manipulation du processus électoral avec une distribution sélective des cartes dans leurs fiefs électoraux, tout en empêchant les jeunes électeurs de voter (rétention).

Face au dévoiement du processus électoral, à la pesante chape de plomb et à l’atmosphère délétère au niveau de l’arène politique, les partis d’Opposition les plus représentatifs se fixèrent l’objectif politique d’imposer la cohabitation à Benno Bokk Yakaar, objectif largement à leur portée, comme on pourra le constater, à posteriori, au vu des résultats définitifs des élections législatives. Mais la grande Coalition dénommée Manko Wattu Senegal, finira par imploser, à cause de tiraillements ayant trait à la tête de liste nationale.

UNE ACTION POLITIQUE LOIN D’ÊTRE DÉSINTÉRESSÉE

Ces dissensions au sein de l’Opposition sont révélatrices d’une des tares majeures de la classe politique sénégalaise consistant à mettre en place des coalitions ne reposant sur aucun socle programmatique solide, mais plutôt sur une philosophie de partage de privilèges et de prébendes. En outre, le foisonnement de listes lors des législatives a occasionné une absence de lisibilité du jeu politique, gênant considérablement la perception des enjeux sociopolitiques. Tout se passe, comme si l’écrasante majorité des acteurs politiques – de la majorité ou de l’opposition – cherchaient à s’affranchir de tout véritable contrôle populaire, afin de conduire des politiques publiques tournées essentiellement vers les desiderata du Capital étranger et contraire aux intérêts bien compris des masses populaires.

De fait, on note une distanciation progressive entre démocratie électorale et lutte pour les droits économiques et sociaux du peuple laborieux. Avec la complicité des élites politiques, surtout celles se réclamant de la gauche, les centrales syndicales et les syndicats de branches se laissent endormir par de prétendus pactes de stabilité sociale, qui les plongent dans une léthargie profonde. Leurs plateformes, qui se désintéressent du sort des masses populaires et du devenir de la Nation, sont essentiellement caractérisées par le corporatisme et le réformisme. Les secrétaires généraux paradent dans les conseils d’administration, le conseil économique, social et environnemental ou celui du dialogue social…La collaboration de classes est privilégiée par rapport à la défense des intérêts matériels et moraux des simples travailleurs.

Une autre régression majeure observée sur la scène politique est l’indifférence croissante de certaines forces politiques et de la société civile, aux questions de sauvegarde des intérêts populaires face au rouleau compresseur des grands projets présidentiels (autoroute Diamniadio, AIBD, TER, Illa Touba), voire une tendance à justifier des mesures antisociales et antipopulaires (déguerpissements tous azimuts, expropriation).

QUELLES PERSPECTIVES POUR UNE VÉRITABLE ALTERNATIVE EN 2019 ?

Le discrédit croissant qui affecte l’élite politico-syndicale de notre pays et qui n’épargne pas les organisations de la société civile contraste avec la popularité croissante des forces religieuses, aussi bien celles d’obédience confrérique que celles incriminées – à tort ou à raison - dans des projets terroristes.

Pouvoir et opposition (hormis les forces politiques gravitant autour de Sam Li Ñu Bokk) ont en commun d’occulter le remarquable héritage des Assises Nationales complété par les recommandations et l’avant-projet de Constitution de la C.N.R.I. On a parfois du mal à discerner les divergences programmatiques entre les différentes familles politiques et le pouvoir du président Macky Sall.

Les seules prises de positions audibles, en dehors des condamnations justifiées de la mal-gouvernance du régime ont trait aux questions électorales et au funeste dessein du pouvoir du président Macky Sall d’écarter certaines personnalités politiques des prochaines élections présidentielles. Et pourtant, il y aurait beaucoup à faire dans le cadre de l’élaboration d’un programme commun de gouvernement centré sur la satisfaction de la demande sociale, la refondation institutionnelle, l’émergence citoyenne et la souveraineté économique. Cela suppose que certaines forces politiques fassent leur mea culpa, quant à la façon cavalière dont elles ont géré l’Etat, quand elles étaient aux affaires.

Pour faire en sorte que les prochaines élections présidentielles débouchent sur une véritable alternative au lieu d’une simple alternance, il faut que, d’ores et déjà, les forces démocratiques et patriotiques, au-delà des questions électorales, soutiennent la bataille des masses populaires pour leurs droits économiques et sociaux, à travers les syndicats et organisations professionnelles.

Il faudra également s’investir réellement pour mettre fin à l’hyperprésidentialisme obsolète et promouvoir le renforcement du pouvoir législatif ainsi qu’une véritable indépendance du pouvoir judiciaire.

Il s’agit de responsabiliser véritablement les masses populaires et rompre avec ces politiques clientélistes en cours depuis notre accession à la souveraineté internationale.

C’est seulement ainsi que nous éviterons le statu quo institutionnel et la régression démocratique observés au cours de nos deux premières alternances.

NIOXOR TINE

 L'auteur  Nioxor TINE
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (0)  Certains commentaires sont en cours de validation...

Ajouter un commentaire

 
 
Nioxor TINE
Blog crée le 12/05/2014 Visité 377424 fois 149 Articles 2897 Commentaires 20 Abonnés

Posts recents
PRÉSIDENTIELLES 2019: VAINCRE OU MOURIR ! (PAR BANDIA)
FAUT-IL RECONSTRUIRE LE MUR DE BERLIN ?
SOCIÉTÉ CIVILE ET ENJEUX SANITAIRES AU SÉNÉGAL
MERCK AFRICA ASIA LUMINARY : ENJEUX FINANCIERS OU DE SANTÉ PUBLIQUE ?
IL FAUT SAUVER LE PIT-SÉNÉGAL !
Commentaires recents
Les plus populaires
REFERENDUM PORTANT REVISION CONSTITUTIONNELLE: POSITION INATTENDUE DU PIT
LUTTER CONTRE LA MENDICITE SANS BRÛLER NOS DAARA ! PAR NIOXOR TINE
19 MARS 2000 – 19 MARS 2017 : 17 ANS DE GALÈRE LIBÉRALE !
APRÈS LE MONDIAL, AVIS DE TEMPÊTE SUR GALSEN !
BYE BYE MIMI !